article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Pas pour les accro-carburants

La demande de « passif » explose dans le secteur de la construction et de la rénovation. Et est en passe de devenir le standard de référence, d’ici deux à trois ans.

En 1990 l’Allemagne a défini un standard constructif rendant inutile tout chauffage conventionnel : c’est le « passif » qui, par une très bonne isolation et une excellente étanchéité du bâtiment, permet de réduire de plus de 85% les besoins en chauffage (1). Or ceux-ci représentent 75% des dépenses d’énergie de la maison et plus de 50 % de celles des ménages. L’intérêt est donc évident !

Standard de référence dès 2011 ?

En Belgique, le passif a pris racine en 2000. En quelques années, le nombre de logements est passé de 13 (2004) à 350 en Flandre et 400 pour la Wallonie et Bruxelles (2009, chiffres partiels). La Plate-forme maison passive (PMP) estime à 130 le nombre de projets actuellement en cours, dont 30 projets de bureaux.

(...)

Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2