article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Voyage en terre de convivialité nouvelle

Vivre de manière plus écologique aiderait-il à mieux vivre ensemble ? Un peu partout, en Belgique et ailleurs, des anonymes ont décidé de retrouver des valeurs essentielles. Faisant fi du « chacun pour soi » et du « tire ton plan », ils recréent des liens avec leurs voisins et construisent ensemble un monde plus durable, cherchent le bonheur ailleurs que dans la consommation. Concevoir et vivre dans des maisons ou des appartements écologiques, monter un réseau d’échange de savoirs et de services, créer une association de découverte et de protection de la nature : tous, à différents degrés, tentent de sortir d’un système qui nous voudrait individualistes, hyperconsommateurs, isolés devant notre télé ou dans notre voiture – et destructeurs de notre environnement. Imagine vous invite à un voyage en neuf étapes en terre de convivialité nouvelle, à la rencontre de projets qui ont tous pour objectif commun de retisser des liens avec les autres et avec la planète.

  • Cité Forest vert
    Un quartier durable de 500 habitants à Bruxelles
    « Petit à petit, le lien avec la nature se reconstruit »
  • Le GAC de Louvain-la-Neuve
    Un groupe d’achat en commun aux producteurs locaux
    « Le respect de l’humain, des animaux, de la terre... »
  • Le Genévrier
    Groupement pour la mise en valeur des richesses naturelles de la région de Ferrières
    « Nos promenades sont un partage »
  • L’Espoir de la rue Fin
    Un immeuble écologique à Molenbeek, conçu par ses habitants
    « Maintentant, on est comme une famille »
  • Les Groupes de simplicités volontaire
    Réduire son empreinte écologique sur le modèle des AA
    « J’ai pris le temps de me poser des questions sur le sens de ma vie »
  • Le SEL Coup de pouce
    Un système d’échange local à Villers-la-Ville et alentours
    « Réaliser quelque chose ensemble, cela crée des liens d’une qualité particulière »
  • Le Verger
    Un habitat groupé écologique à Temploux
    « Traduire nos révoltes en quelque chose de vivant »
  • Incourt, Brabant wallon
    Une commune qui allie ruralité et participation
    « La participation a permis aux gens qui étaient un peu contre tout de devenir citoyens »
  • Les Hameau des buis
    Une communauté intergénérationnelle en Ardèche, France
    Sophie Rabhi : « Je suis touchée par la confiance réciproque, l’aventure humaine »

ET AUSSI

Construire le « biorégionalisme »
Analyse de Christian Arnsperger (UCL)

Christian Arnsperger, chercheur au FNRS, est économiste à la Chaire Hoover d’Ethique économique et sociale de l’Université catholique de Louvain (UCL). Auteur de plusieurs ouvrages [1], il explore des pistes innovantes pour affronter notre angoisse de la perte et de la mort, dont profite le système capitaliste pour nous aliéner et perpétuer les inégalités. Entretien.

Une perversion totale

Comment avons-nous pu construire un système aussi destructeur que le nôtre ? Comment en sommes-nous arrivés là ?
Le système que nous avons construit n’était, en fait, pas perçu comme destructeur au départ – à l’exception, bien sûr, des marxistes et des socialistes critiquant la Révolution industrielle.
Il y a deux siècles, les destructions écologiques étaient moins alarmantes qu’aujourd’hui, et les destructions humaines moins visibles et plus acceptées socialement. Il régnait une vision plutôt utilitariste : même si quelques-uns trinquaient, les bénéfices et le « progrès » que nous en retirions paraissaient en valoir la peine. Au 18e siècle, des penseurs comme Adam Smith [2] considèrent que la recherche de la valorisation de la propriété privée est l’expression de notre liberté. C’est pour promouvoir cette valorisation, avec l’aide de la puissance publique, que le système capitaliste s’est mis en place. Mais à l’origine, au fondement de cette idée que la propriété privée c’était la liberté, on trouve en fait la peur de la mort [3].
La propriété est perçue comme synonyme de protection, de solidité, elle nous rassure. On peut la transmettre à travers les générations ; les sociétés, les « corporations » survivent aux personnes.

(...)

Lire cet article (8 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

[1Dont le récent Ethique de l’existence post-capitaliste : Pour un militantisme existentiel, Editions du Cerf, 2009.

[2Adam Smith est le père de la science économique moderne et son œuvre principale, La richesse des nations, est un des textes fondateurs du libéralisme économique.

[3Cf. Jacques Attali, Au propre et au figuré : Une histoire de la propriété, Fayard, 1988 (réédité au Livre de Poche). Voir aussi Christian Arnsperger, Critique de l’existence capitaliste  : Pour une éthique existentielle de l’économie, Editions du Cerf, 2005.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2