article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

« Notre système alimentaire actuel est appelé à mourir, nous devons le réinventer »

Avec l’accélération des crises économiques, sociales et climatiques, l’accroissement des diverses formes de pollution, la destruction des écosystèmes et la fin de l’ère des énergies fossiles, l’Europe sera confrontée, d’ici 2030, à des chocs systémiques graves qui vont mettre en danger l’ensemble de nos systèmes alimentaires industriels. Comme y faire face ? Le chercheur Pablo Servigne apporte une série de pistes éclairantes dans son dernier ouvrage.

Nourrir l’Europe en temps de crise  : tels sont le programme et le titre d’un nouvel essai très remarqué de notre collaborateur Pablo Servigne, ingénieur agronome, docteur en sciences et chercheur indépendant. Publié aux éditions Nature & Progrès, préfacé par Yves Cochet et postfacé par Olivier De Schutter, cet ouvrage est une version corrigée et augmentée, pour le grand public, d’un rapport réalisé pour le groupe Les Verts/ALE au Parlement européen.
Ce livre pose des constats et des questions choc. Les crises sont déjà connues, bien sûr : il s’agit de celles de la biodiversité, du climat, de l’énergie, de l’économie financiarisée, de l’eau… Mais à les considérer toutes ensemble, à vouloir y répondre en même temps, Pablo Servigne dresse un tableau qu’on a l’impression de voir pour la première fois.

(...)

Une transition agricole pour 2050 possible...
et crédible

Avec le scénario Afterres2050, on passe des belles intentions à des chiffres concrets. Voici un outil chiffré qui balise une transition rapide vers un système alimentaire viable à l’échelle de la France.

Montrer de manière chiffrée qu’il est possible de nourrir la population française en 2050 (71 millions de personnes), tout en luttant contre le changement climatique et en respectant la fertilité des sols, la qualité des eaux et la biodiversité : tel était l’objectif de l’équipe de Solagro en développant le scénario Afterres2050 [1]. Il fallait une réponse concrète à la question : « Disposerons- nous des surfaces nécessaires pour nourrir la France à l’horizon 2050 ? »

(...)

Nourrir l’Europe,oui, mais comment ?

Ce qui doit nous inquiéter
Climat plus agressif,
pénuries d’énergies fossiles,
manque d’eau...

Il peut paraître décalé, voire absurde d’aborder le thème de la sécurité alimentaire dans une région industrialisée qui n’a pas connu de grande famine depuis plus de 60 ans et dont les taux d’obésité ne font qu’augmenter. Cela peut même paraître obscène alors que des millions de personnes ne mangent pas à leur faim sur d’autres continents. Et pourtant...

(...)

Ce qui est encourageant
La transition a déjà commencé

Selon Dennis Meadows, coauteur du fameux rapport au Club de Rome de 1972, en tournée en Europe en 2011, « il est aujourd’hui trop tard pour le développement durable. Le temps est à la construction dans l’urgence de petits systèmes résilients ».
Résilients, c’est-à-dire qui maintiennent leurs fonctions malgré les chocs. Comme le roseau qui plie, à l’inverse du chêne, résistant, mais qui finit par casser. En réalité, la résilience est un concept qui ne devient compréhensible que si l’on a vraiment pris conscience des catastrophes et de la possibilité croissante d’un avenir déstabilisant. Ce qui est le cas des mouvements de la décroissance et de la transition, ainsi que de la permaculture.

(...)

[1Le rapport Afterres2050 est disponible sur le site de Solagro www.solagro.org. L’association est basée à Toulouse et spécialisée dans la réalisation d’écobilans et d’études sur les énergies renouvelables.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2