article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Slow watt

Le Nomade des mers :
et vogue la débrouille !

Le 23 février dernier, le Nomade des mers a pris le large au départ de Concarneau, en Bretagne. Avec, à son bord, un petit laboratoire scientifique flottant porté par une équipe de passionnés de low-techs, bricoleurs collaboratifs et défenseurs de l’environnement embarqués dans un tour du monde… durable.

De loin, il ressemble à n’importe quel catamaran de 14 mètres. De près, le Nomade des mers est un bateau « bric-broc », avec sa coque rouge et son aménagement totalement inédit.
Dans les cabines, on découvre un compost et 20 000 insectes. Dans le carré, ce sont des bacs destinés à la culture hors-sol. Sur le pont, il y a un réchaud à bois économe et des panneaux solaires. A l’arrière, un poulailler et des éoliennes ont remplacé l’annexe.
Derrière ce drôle d’assemblage, il y a Corentin de Chatelperron, un ingénieur de 32 ans qui, dit-il en riant, « n’a même pas le permis bateau ». Et pourtant, le 23 février dernier, le Nomade des mers est parti pour un tour du monde avec, à la clé, un beau projet scientifique qui va durer trois ans.
L’objectif ? Tester l’autonomie sous contrainte. En mer, l’équipe va expérimenter différentes innovations simples et à faible consommation énergétique, avant d’en faire la promotion à travers le monde et de les décliner, à terme, au quotidien et sur terre.

Escales vertes et poules pondeuses
Avec Elaine Le Floch, 27 ans, chef d’expédition, et Pierre- Alain Lévêque, 26 ans, ingénieur technique, Corentin a programmé un long périple du Maroc au Brésil en passant par l’Indonésie. Le coût total de l’expédition ? Environ 220 000 euros, largement pris en charge par des mécènes comme la Fondation Schneider Electric, la chaîne franco-allemande Arte et des entreprises concarnoises.
En opposition aux high-techs, souvent coûteuses et énergivores, l’équipage mise donc sur les low-techs avec trois axes de recherche : l’énergie, l’eau et l’alimentation.
Sur le bateau, ils vont produire de l’électricité à l’aide d’énergie hydraulique (de grandes pales ont été placées dans le sillage du bateau), d’éoliennes et dans une moindre mesure du soleil. Car, comme le rappelle Pierre-Alain, « les panneaux photovoltaïques, ce n’est quand même pas très low-tech ».
Des escales « énergies vertes » ont également été planifiées. « Au Sénégal, pour étudier le charbon vert, et au Brésil pour leur expertise sur les biocarburants », explique Elaine.
L’eau douce viendra de la mer grâce à différentes méthodes de désalinisation qui seront notamment étudiées au Maroc, « où un inventeur a mis au point un système qui fonctionne avec la chaleur du soleil ».
Mais le gros défi, c’est (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Le train
gratuit pour tous

Afin d’instaurer plus de justice sociale, de réduire les émissions de CO2 et de (...)

Lire la suite

Bernard Delville
Porté par le vent

Ingénieur de formation et digne héritier de Mai 68, Bernard Delville est un pensionné… (...)

Lire la suite

De nouvelles coopérations urbaines

Pour réaménager les villes, les pouvoirs publics ne réfléchissent plus seuls dans leur coin. (...)

Lire la suite

Smart :
une nouvelle coopérative
d’intérêt collectif

Le 28 juin prochain, la Société mutuelle pour artistes (SMart) va devenir la plus grande (...)

Lire la suite

Tourner la page

En Afrique, de nombreux chefs d’Etat s’accrochent à leur parcelle de pouvoir. Mais (...)

Lire la suite

La crise de l’asile
ou le suicide de l’Europe

Ce que les médias européens qualifient de « crise des réfugiés » est en réalité une crise de (...)

Lire la suite

Philippe Ranaivomanana
L’évêque malgache
des sans-terre

A Madagascar, dans son diocèse d’Antsirabe perché sur les hauts plateaux, à 1 500 mètres (...)

Lire la suite