article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


La chronique de Gérard Manréson
docteur es cynisme à HECC, la Haute école du Café du commerce

Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ?

Au début, j’étais carrément en manque. Quatre ans sans l’entendre, c’est long. Aucune interview, pas de sortie de livre, pas d’invité du matin. Quand on a pris l’habitude d’avoir sa dose régulière d’experts raillant tous ces docteurs Tournesol du GIEC, quand on sait que l’on pourra rire des écolos, ces chochottes flippées par quelques ridicules degrés de plus, il n’est pas facile de gérer ce grand silence radio. Oui, Claude Allègre m’a manqué. A mort !
L’ex-ministre français de l’Education, le géochimiste, le dézingueur des rétifs à la science était bel et bien refroidi. Et avec lui toute la Confédération des « tout va bien, la Science nous sauvera ». J’étais membre, j’avais ma carte.
Soudain, quelle joie d’entendre à nouveau, ces dernières semaines, de vrais scientifiques, des profs d’université reprendre le flambeau, au moment du réveil, là où le manque est le plus fort. Quelle extase !
L’« expert européen » Samuele Furfari a par exemple pu déverser à la chaîne tout son savoir au peuple via les ondes et partager sa lumière tous les jours dans les auditoriums de l’ULB. « L’ensemble du monde pense qu’il faut faire du gaz de schiste […] », « On ne va pas vers la fin des énergies fossiles, on en trouve de plus en plus […] », « Nous sommes rentrés dans une nouvelle ère technologique, cela permet d’avoir beaucoup plus d’énergie fossile avec de moins en moins de pollution […] ». Waouh, c’était de la bonne, et j’en ai repris !
Istvan Marko, lui, a sorti des livres avec ses potes sous le titre Climat : 15 vérités qui dérangent. Du petit lait pour expliquer autour de soi pourquoi faire le plein d’essence une fois par jour, c’est être en forme toujours.
Marko profite aussi de ses cours de chimie à l’UCL pour libérer les étudiants de toute culpabilité qui nuit tant à l’élévation intellectuelle. Avant d’humilier les 375 bachibouzouks membres des Académies des sciences qui défendent le GIEC sur l’excellent site www.breitbart. com. Un site plus lu que celui des Amis de la Terre. Ces moules à gaufre ont des raison de s’inquiéter parce que la question n’est pas de savoir si l’on doit réduire de 50 % ou de 80 % les énergies fossiles d’ici 2050 mais s’il faut réduire… ou augmenter.
Heureusement que Furfari et Marko sont là pour poser la bonne question !
Ces puits de science sont invités un peu partout à la radio, à l’Assemblée nationale…
ils sont influents et on des « GREAT arguments  » : « On a besoin de plus en plus d’énergie, d’ailleurs ils en ont besoin pour sortir de la misère en Afrique. » Moi aussi quand je me fais pincer à 150 km/h devant l’école du quartier je rappelle à la maréchaussée qu’en Afrique ils sont à pied. Essayez, ça marche !

« L’extinction de la liberté humaine »
Le plus important dans toute cette affaire c’est, après avoir instillé le doute, de reprendre l’avantage. Ce n’est d’ailleurs vraiment pas compliqué, tout le monde est prêt à entendre notre message. Mais il faut quand même s’assurer que la science revienne régulièrement sur les ondes. A ce propos, je remercie moumoute en chef, le GREAT président Trump, d’avoir libéré la parole. Les journalistes se font à nouveau plaisir et invitent dès qu’ils le peuvent les Marko, Furfari et autre Drieu Godefridi.
Car rien ne remplace une super citation du philosophe Drieu. Genre : « Depuis 30 ans, nous subissons une forme particulièrement virulente et sournoise d’idéologie selon laquelle la science du climat nous dicte des tombereaux de normes, impôts et charges avec, à terme, l’extinction de la liberté humaine. La droite américaine, majoritaire au Congrès, rejette à présent ce discours. Les Etats-Unis sont, de très loin, la première puissance. L’environnementalisme mondialisé a vécu […]. »
Nous avions cédé trop de terrain à la Confrérie des crânes d’oeufs du GIEC (Fabius, van Ypersele et consorts) mais ce temps est désormais révolu. Ne ménageons pas nos efforts !, parce que j’ai vu passer des études gênantes qui démontrent qu’en France et aux Etats-Unis un mix 100 % d’énergies renouvelables est possible d’ici 2050.
Deux trois passages en radio de Furfari ou du météorologue Philippe Verdier qui défend les « très nombreuses conséquences heureuses et positives du réchauffement » et, vous verrez, ces études seront vite oubliées. Yes !
Alors ? Merci qui ?

Gérard Manséron

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Négar Djavadi :
« Pour s’intégrer, il faut d’abord se désintégrer »

Scénariste, réalisatrice et écrivaine française d’origine iranienne, Négar Djavadi est (...)

Lire la suite

Un emploi fictif
pour tout le monde

J’ai toujours côtoyé des militant(e)s et des bénévoles. Des scouts. Des syndicalistes. (...)

Lire la suite

Talents en exil

A Bruxelles, Refugees got talent rassemble depuis 2015 des peintres, des musiciens et des (...)

Lire la suite