article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Prendre le temps


La chronique de Gérard Manréson
docteur es cynisme à HECC, la Haute école du Café du commerce

Et Dieu créa Syngenta


Le 10e Forum pour le futur de l’agriculture, le FFA, était jouissif cette année. Cette rencontre annuelle de l’agro-industrie se déroulait le 28 mars dernier à Bruxelles. C’est notre Davos agricole. Et il a tenu ses promesses  : il y avait Kofi, le sénile de l’ONU, le WWF, bien sûr, toujours prêts à nous cirer nos mocassins à glands, et même le Pape !
Oui, oui, le dernier Pape, François, le père de l’encyclique Laudato si’ qui critique le capitalisme et la course insensée au progrès et à la technologie. Il était venu dire tout le bien qu’il pensait de Syngenta, le géant suisse de la chimie et de l’agro-alimentaire, par ailleurs organisateur du FFA.
J’aurais bien dansé entre les allées de la grande salle, mais c’était bondé. Alors j’ai ri sous ma cape, en pensant aux 50 organisations paysannes et environnementales et à toutes ces ONG qui tentaient, en vain, de critiquer, devant l’entrée du Forum, notre intense lobbying mené auprès des décideurs européens.
Ces zozos avaient beau dénoncer la contradiction entre le triptyque pesticides-engrais- monoculture et notre slogan : « Where agriculture and environnement meet » (Quand l’agriculture et l’environnement se rencontrent), je savais ce qui resterait de tout ça : le message du pape et son soutien à Syngenta.
On les a bien enfumés ! Déjà qu’on avait Olivier De Schutter au programme, l’exrapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation.
On a mis sa photo en home page de notre site, vous pensez bien !
Et qu’il ne vienne pas nous parler d’agroécologie, on s’en fout comme de notre première cuite, le modérateur lui a d’ailleurs vite coupé la parole. Faudrait quand même pas qu’il vienne critiquer les néonicotinoïdes ou le glyphosate – ce qu’il a fait dès sa sortie du Forum, le traître ! Avoir des contradicteurs, cela vous donne l’apparence de modération et d’ouverture.
Moi aussi j’adore parler du « climat » ou de la « santé ». Quand j’en parle en public, je rajoute dans ma tête… « des entreprises », ce qui fait que j’irradie d’une honnêteté intellectuelle inimitable.
Sur les sites Internet, dans les discours et les interviews, je me délecte avec des expressions comme « conscience globale », « responsabilité environnementale » ou « lutte contre la faim ». J’y trouve autant de plaisir que lorsque je volais à cinq ans des sucreries à l’étalage en souriant à l’épicière !
Evidemment, c’est un peu différent si l’on cherche à vous empêcher de vendre nos produits. La Commission européenne a essayé avec les néonicotinoïdes de Syngenta. Sur le coup, on n’a guère parlé d’économie circulaire, ni de biodiversité, mais on a directement porté plainte à la Cour de justice de l’Union européenne pour entrave au profit. Pour qui elle se prend, la Commission ?

Le Pape, mon pote
Pour en finir, je voudrais vous raconter, sous le sceau de la confidence, comment les amis de Syngenta, trop forts !, ont pu obtenir le soutien du pape alors qu’ils manipulent génétiquement la vie et qu’ils aspergent la planète entière de produits chimiques actifs !
Voici la marche à suivre.
Un : vous contactez la nonciature, un bidule Et Dieu créa Syngenta diplomatique rempli de gens qui manipulent le double discours, un peu comme vous.
Deux : vous leur proposez d’utiliser la vidéo que le Pape a faite il y trois mois pour un quelconque événement eucharistique. Du coup plus besoin de trop expliquer qui vous êtes vraiment, votre interlocuteur est rassuré, vous allez diffuser la bonne parole.
Trois : vous remontez une nouvelle vidéo à partir de celle du Pape, c’est un viol déguisé certes, mais le flou que vous avez mis autour de vos intentions vous permettra d’affirmer qu’il y a eu consentement.
Enfin quatre : vous ajoutez à l’image du Pape vos images d’agriculture, d’enfants souriants et de moissonneuses en série.
La vidéo doit être belle, bourrée d’idées généreuses et positives. Le Pape ne peut pas se retourner contre vous, votre vidéo transpire de générosité.
Par contre le Pape est associé à vous et ça c’est bingo ! Vous devenez ce sauveur du monde que vous avez toujours prétendu être. Le Pape est votre pote, vous ne devez rien changer à votre plan d’action et à votre business.
Mieux que ça : désormais, vous aurez accès aux financements publics de l’Union européenne, de la coopération, de la lutte contre le changement climatique, et peut-être même de… l’Eglise. Amen !
Alors…
Merci qui ?

Gérard Manréson

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Gilles Clément :
« La vie transforme toujours et invente sans cesse

Ingénieur horticole, paysagiste et écrivain, Gilles Clément est à la fois un citoyen (...)

Lire la suite

Sondocratie

Planter un thermomètre dans le cul de l’opinion publique, c’est un métier. Un (...)

Lire la suite

Le Ministre
des Poubelles

Autoproclamé « Ministre des Poubelles », l’artiste kinois Emmanuel Botalatala récupère (...)

Lire la suite

Michel Defourny
« Quand on a lu,
les idées changent,
et on devient libre »

Un Centre de littérature jeunesse est en cours de création à Liège. Il s’appuie sur un (...)

Lire la suite