article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Portrait

Emmanuel Hussenet :
le Robinson des glaces

Voyageur du Grand Nord, qu’il parcourt en kayak ou à pied, Emmanuel Hussenet a pu constater au fil des années la fonte des glaces. Ecologiste dans l’âme depuis toujours, il essaye de réveiller nos consciences en nous emmenant au bout du monde, sur l’île Hans.


Emmanuel Hussenet

« A dix ou douze ans, j’avais déjà une sensibilité écologiste assez développée. Je me souviens d’une zone de vergers, près de chez moi en région parisienne, détruite pour des raisons d’extension urbaine. Cela m’avait très fortement frappé, je l’ai encore en mémoire.  » Emmanuel Hussenet remonte à son enfance pour trouver la source de ses engagements d’aujourd’hui. Il n’est pas encore attiré par le grand Nord, il n’aime même pas le froid, mais il a déjà un esprit d’indépendance et aspire à autre chose – sans que cette autre chose soit encore très définie.
L’une de ses premières passions est l’ornithologie. Elle lui permet de s’échapper du système scolaire qu’il vit alors « très mal ». « J’étais en dissidence par rapport à la société en général, à ce qu’elle cherchait à m’inculquer. Mais ce n’est pas facile d’en faire quelque chose, de ne pas entrer dans le système... Du coup j’ai décidé de prendre le risque de ne pas faire d’études, de découvrir plutôt les choses moi-même. »
Avec deux sujets sur lesquels il lui semble avoir le plus à apprendre  : la nature et lui-même. « Plus on est dans la nature, plus on est seul, plus on peut être éclairé sur ce que l’on est. »
Son envie d’approcher de plus près les oiseaux le fait s’intéresser à ce moyen de transport particulièrement silencieux qu’est le kayak. Il s’inscrit dans un stage et descend la Semois. « Je me suis rapidement rendu compte qu’il n’était pas possible de tenir la pagaie et les jumelles en même temps, sourit-il, et qu’il fallait faire un choix. »
Ce sont surtout les organisateurs, d’anciens spéléologues devenus arpenteurs du Groenland à ski ou en kayak, qui vont, en l’invitant à une projection, lui inoculer un virus, celui du bleu, de la lumière du (...)

=> Lire l’intégralité de ce portrait dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Doel,
le village abandonné

Le nom de Doel est souvent associé à sa centrale nucléaire. Mais c’est surtout un village (...)

Lire la suite

Archi Human

Des logements pour sans-abri dans des chancres urbains Elles sont un peu partout en ville, (...)

Lire la suite

Bonnes nouvelles

Une larve dévoreuse de plastique Chaque année, quelque 80 millions de tonnes de polyéthylène (...)

Lire la suite