article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Connais-toi toi-même

Fanny Auger :
« Trêve de bavardages ! »

Avoir de bonnes conversations change la vie. A condition de savoir les construire et écouter l’autre. Comment, dès lors, stimuler nos échanges, alimenter nos conversations et leur donner de la hauteur ? Dans son livre Trêve de bavardages, Fanny Auger, ex-cadre en marketing dans la mode, devenue consultante en savoir-vivre, aborde ces questions en plaçant la conversation au cœur de la vie sociale.

Pour commencer, un mot sur votre parcours atypique : diplômée en sciences politiques, vous avez travaillé dans la mode, avant d’ouvrir la School of Life de Paris.
Oui, j’ai fait mes études avec Emmanuel Macron, et à six mois près nous avons le même âge. Ensuite j’ai effectivement travaillé pour des marques de cosmétiques et dans la mode à Dubaï, avant de revenir et de créer à Paris la School of Life. Aujourd’hui j’essaye de voir comment nous pouvons nous servir de notre patrimoine culturel, de toutes ces réflexions formulées durant des siècles par les philosophes et de grandes découvertes scientifiques pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne avec un objectif simple : comment vivre mieux.

Dans votre livre, vous invitez vos lecteurs à soigner leurs conversations, en rappelant que celles-ci sont le propre de l’homme.
Nous sommes effectivement tous des individus singuliers, avec notre expérience, notre histoire, nos lectures propres, et nous évoluons par ailleurs de manière assez solitaire. Or, on ne converse jamais seul, on va toujours vers un autre. Cette confrontation avec la parole de l’autre aiguise notre vision du monde et de nous-mêmes. Une conversation confirme bel et bien notre humanité. Elle représente également une pause dans un monde qui va toujours plus vite, sans donner plus de place à la nuance.

L’art de la conversation s’est développé aux 17e et 18e siècles, dans des salons bien souvent tenus par des femmes comme madame de Rambouillet, madame du Deffand ou Emilie du Châtelet. Quelle différence faites-vous entre une conversation en bonne compagnie et la rhétorique érudite des philosophes ?
La rhétorique est démonstrative, scientifique et balisée. La conversation, à l’inverse, est un partage. Elle s’adresse à tout le monde et permet d’aller vers des inconnus. Elle constitue un chemin hasardeux avec son (...)

=> Lire l’intégralité de cet entretien dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Nager dans la ville

A Paris, le Laboratoire des baignades urbaines expérimentales milite depuis 2012 en faveur du (...)

Lire la suite

Nids à microbes

Professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris et président de la Société botanique (...)

Lire la suite

L’individu augmenté

De récentes découvertes sur les bactéries et les virus bouleversent les fondamentaux de la (...)

Lire la suite

Des pierres à images

La nature ne cesse de nous révéler des merveilles. C’est le cas par exemple des « pierres (...)

Lire la suite

Peu de gens
savent être vieux

Vieillir n’est pas simple. Et peut-être moins encore dans une société qui valorise le (...)

Lire la suite