article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Philocité

Intime, trop intime

Désormais, nous sommes entrés dans une société de l’intimité, où chacun se définit davantage par sa vie affective que par ses actes.

L’intimité est une valeur importante de notre société. De la même façon qu’il y a une histoire des grands hommes et des grandes guerres, il y a une histoire des valeurs. Que le roi de France ait pu recevoir ses ministres en audience sur le pot au 17e siècle – origine de notre ordinaire question « Comment allez-vous aujourd’hui ? »
– ou qu’on ait classiquement dû assister à la nuit de noces d’un jeune couple pour vérifier la consommation effective du mariage au 19e siècle en Allemagne indiquent sans doute l’évolution de la place accordée à l’intimité au cours du temps.

Petite histoire de l’intimité
S’il fallait tracer à très gros traits cette histoire, on pourrait lier l’avènement de l’intime au déclin des religions et des valeurs communes qu’elles véhiculaient. La Patrie, par exemple, n’est plus aujourd’hui une valeur sacrée : on n’y sacrifierait plus facilement sa vie – le « sacré » étant précisément ce pour quoi on est prêt à « sacrifier » sa vie. On la donnerait plus facilement pour ses proches, et par excellence ses enfants. L’amour, qui est certainement aussi vieux que les hommes, n’est ainsi devenu un principe organisateur de nos vies et une valeur de nos sociétés que depuis peu. Ferry parle d’une « révolution de l’amour » au 20e siècle.
Le sociologue Anthony Giddens souligne le rôle central des femmes dans cette révolution. « En jouant, tout au long de la modernité, un rôle authentiquement révolutionnaire en matière émotionnelle, les femmes ont rendu possible une extension du domaine de l’intimité  » (Les transformations de l’intimité, p. 163).
Leur exigence d’une constante proximité émotionnelle, d’une communication psychologique et d’une fusion des âmes auraient modifié non seulement les rapports de couple, mais aussi les rapports à (...)

=> Lire l’intégralité de cette chronique dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


André Stern :
« En jouant, l’enfant est relié au monde »

Dans son dernier livre, Jouer, le musicien et essayiste français André Stern, remet le jeu au (...)

Lire la suite

Tout en mesure

Les systèmes permettant de prendre des mesures de nous-mêmes via son smartphone ou un bracelet (...)

Lire la suite

David Le Breton :
« Marcher permet de renouer avec nos sens »

Sociologue à l’Université de Strasbourg, David Le Breton a exploré toutes les facettes de (...)

Lire la suite