article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Militance

Tous en selle
pour le climat

Du 1er au 3 novembre dernier, 320 citoyens ont rejoint Bonn à vélo au départ de Bruxelles. Une caravane inédite organisée par le mouvement citoyen Climate Express à l’occasion de la 23e Conférence sur le climat qui se tenait dans la ville allemande. Trois jours de sport, de fête et de militance partagée.


Benoit Dive

« J’ai un simple vélo de ville, sourit Nadine, mais ça devrait aller. » Venue de Furnes, en Flandre occidentale, cette fonctionnaire a profité du long week-end de la Toussaint pour se joindre à la caravane BonnGo ! qui, du 1er au 3 novembre dernier, a réuni plus de 320 cyclistes embarqués pour une randonnée de trois jours et 270 kilomètres entre Bruxelles et Bonn, où se déroulait la 23e Conférence sur le climat. « Il y a trop d’avions, trop de voitures, trop de centrales électriques. Les changements climatiques m’inquiètent, mais ce qui m’effraye vraiment, c’est de voir de plus en plus d’enfants développer des allergies causées par les pollutions auxquelles ils sont soumis  », dénonce Nadine.
A Tour et Taxis, au départ de cette expédition inédite organisée par le mouvement Climate Express, il y a des défenseurs de l’environnement, des cyclistes amateurs ou confirmés et beaucoup de sportifs du dimanche. Tous concernés par l’avenir de notre planète, ils espèrent que cette COP23 débouchera sur un accord climatique « fort ». Un message entendu cinq sur cinq par Peter Wittoeck, le chef de la délégation belge à Bonn…
En novembre 2013, ce mouvement constitué uniquement de bénévoles engagés « pour un monde socialement juste, en équilibre avec les capacités de notre Terre », avait affrété un train, le Climate Express, pour convoyer 750 citoyens vers Varsovie, la capitale polonaise qui accueillait alors la COP19.
Deux ans plus tard, la caravane avait mis le cap sur Paris, à l’occasion de la COP21, mais à vélo cette fois. Un premier voyage particulièrement épique, marqué par un temps épouvantable mêlé de grêle et de pluie, ainsi qu’une dernière étape sérieusement rallongée en dernière minute pour cause de ville placée en état de siège suite aux attentats.
Pour la COP23, forte de son expérience précédente, la petite équipe avait bien préparé son périple de Bruxelles à Bonn, via Hasselt et Eschweiler. « On a prévu trois journées équilibrées que l’on prépare depuis huit mois, explique au départ Samuel Lietaer, porte-parole de Climate Express. Durant tout l’été, des groupes ont testé différents itinéraires pour identifier le circuit le plus intéressant et le plus accessible. »
Une trentaine de bénévoles encadrent les 320 cyclistes de la caravane  : des pisteurs qui posent les balises en matinée, d’autres qui les retirent en soirée, quatre mécaniciens embarqués dans une camionnette, un infirmier, ainsi que le personnel de Kokkerellen, la cantine militante qui cuisine au départ d’aliments de récupération.
« Notre initiative attire la sympathie de certaines municipalités, se réjouit le jeune responsable, par ailleurs doctorant à l’ULB. Les gymnases où nous logeons sont mis gratuitement à notre disposition. A Hasselt, le conseil municipal a même adressé à la caravane une lettre d’encouragement. Il est vrai que cette ville s’est engagée à réduire ses émissions de carbone. »
Pour limiter les frais de participation et rendre le voyage accessible au plus grand nombre, les organisateurs ont opté pour (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Dans la roue d’Amsterdam

En matière de vélo au moins, le modèle néerlandais a fait ses preuves. Fruit d’un (...)

Lire la suite

New York,
verte et rebelle

Avec ses 800 kilomètres de côtes, New York est particulièrement menacée par la montée des eaux. (...)

Lire la suite

Laura Càceres :
Au nom de ma mère

Laura Cáceres, jeune activiste environnementale hondurienne, poursuit le combat de sa mère, (...)

Lire la suite

Mahamadou Souleye : Un alter paysan
aux bords du Sahara

Formé par l’agroécologiste Pierre Rabhi et compagnon de lutte de l’écoféministe (...)

Lire la suite

Jean-Baptiste Vidalou :
« Les forêts sont des territoires en lutte »

Agrégé de philosophie et bâtisseur en pierres sèches en Occitanie, Jean-Baptiste Vidalou (...)

Lire la suite

Faire alliance
avec les agriculteurs

Pour réussir la transition vers une agriculture respectueuse de l’environnement, des (...)

Lire la suite