article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Combat(s) de là-bas

Rabiatou Diallo
et Hadja Idrissa Bah,
Rendre justice aux filles

L’une est journaliste, l’autre présidente du Parlement guinéen des enfants. Chacune à leur manière, Rabiatou et Hadja se mobilisent pour lutter contre les discriminations faites aux filles qui sont privées de scolarité, excisées et mariées de force. Rencontre avec deux activistes qui ne ménagent pas leurs efforts pour ces oubliées du droit international.


Plan international

« J’ai eu la chance de quitter mon village pour la capitale Conakry où j’ai vite compris que ma vie ne devrait pas se limiter à un mariage et qu’en entreprenant des études, je pourrais décrocher un travail et devenir autonome, raconte la jeune Guinéenne Rabiatou Diallo, 25 ans, stagiaire aux Nations unies et blogueuse influente. On était une cinquantaine de filles en faculté de journalisme et on s’entendait dire sans cesse qu’il s’agit d’un métier de terrain difficile et que l’on ferait mieux de s’occuper d’un foyer ! Ces remarques m’ont profondément révoltée. J’avais pleinement le droit d’aspirer à une carrière et de contribuer au développement de mon pays. »
Son amie Hadja Idrissa Bah, 18 ans, a connu également un destin particulier. Issue d’une famille nombreuse et polygame, elle a terminé cette année ses études secondaires et a décidé de s’investir au sein du Parlement des enfants, dont elle exerce la présidence. « Cette institution calquée sur le Parlement national est composée d’enfants venus de toutes les régions du pays pour défendre les droits de nos camarades auprès des parlementaires et de toutes les personnes dépositaires de l’autorité : parents, ministres, agents administratifs », nous explique la jeune femme.
Au lendemain des élections communales du 4 février dernier, Hadja est très occupée. « Certains agents des services publics menacent de faire grève pour dénoncer les résultats. Des écoles risquent d’être fermées. Or, je refuse que l’on sacrifie la scolarité de nos enfants. J’essaie de rencontrer un maximum de monde possible pour calmer les esprits. » Hier, elle proposait au (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


En marche
vers une alimentation
sans CO2

Depuis cinq ans, le réseau Gent en garde développe une politique ambitieuse autour de (...)

Lire la suite

Anthony,
un amérindien
en résistance

Avant l’invasion des Européens, le peuple des Ramapough Lenape prospérait à Manhattan, à (...)

Lire la suite

L’énergie des mers

Balayés par les vents, ballottés par les marées, traversés de puissants courants marins, les (...)

Lire la suite

Antoine Deltour,
l’engagement tranquille

L’auteur des fuites du dossier LuxLeaks et ancien employé du cabinet d’audit (...)

Lire la suite

Des roues libres
et des ailes

Le 17 mars, à Boitsfort, le festival En roue libre mettra pour la première fois à (...)

Lire la suite

Leidy Casimiro,
L’autosuffisance cubaine

En collaboration avec le mouvement Slow Food (www.slowfood.com), Imagine met en avant un (...)

Lire la suite