article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Découvrir


Portrait

Irene Zeilinger,
l’autodéfense
au féminin

Sociologue spécialisée dans les questions de genre, Irene Zeilinger est une des pionnières de l’autodéfense féministe en Belgique. Au sein de l’Asbl Garance qu’elle a fondée en 2000, cette fille de syndicaliste d’origine autrichienne apprend aux femmes et aux filles, indépendamment de leur âge, de leur nationalité, de leurs origines ou de leur orientation sexuelle, à ne plus subir la violence des hommes, d’où qu’elle vienne.


Irene Zeilinger

‘‘Non, c’est non. Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire » [1]. Le titre de son livre donne le ton : Irene Zeilinger n’est pas le genre de femme à s’en laisser conter.

Cette sociologue d’origine autrichienne, fondatrice de l’Asbl bruxelloise Garance et formatrice spécialisée depuis vingt-cinq Irene Zeilinger L’autodéfense au féminin ans, a introduit en Belgique l’autodéfense féministe. « Elle apporte tellement de choses ! Plus de confiance en soi, un autre rapport à son corps, ne plus avoir à organiser son quotidien autour de sa peur… J’ai eu envie de partager cela avec d’autres. »

Dans les formations de son association, l’autodéfense physique est loin d’être au centre des apprentissages. Les femmes de huit à quatre-vingt-huit ans apprennent bien quelques gestes utiles en cas d’agression, mais sont surtout initiées aux moyens de désamorcer les situations afin de ne pas devoir se défendre physiquement. La réflexion est ici plus large et recouvre l’ensemble des violences liées au fait d’être une femme : une violence physique, mais aussi psychologique, verbale ou liée à une discrimination. Une violence qui peut se produire dans l’espace public, mais également dans l’intimité.

« Notre objectif, c’est l’autonomie, insiste Irene Zeilinger. Chaque femme doit pouvoir choisir sa propre solution en partant du principe qu’il n’y a pas de mauvaise façon de réagir. Ensemble, nous cherchons à prendre conscience de tous les obstacles que nous rencontrons pour assurer notre sécurité. La question de la force physique est évidemment importante – la prétendue faiblesse féminine, c’est un cliché, une idée préconçue. Lorsqu’une femme réalise la puissance qu’elle est capable de mettre dans un coup de poing, elle change déjà (...)

=> Lire l’intégralité de ce portrait dans notre magazine.

[1Irène Zeilinger, Non c’est non. Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire, Zones, 2008, La Découverte/Poche, 2018. En accès libre sur le net.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


La caravane de l’espoir

De mi-avril à fin mai, la Caravane nomade des deux rives créée pendant trois ans à Schaerbeek (...)

Lire la suite

Les lanceurs d’avenir

Pétition Pour une Europe solidaire A contre-courant de la volonté du secrétaire (...)

Lire la suite

Les métamorphoses

Dans chaque numéro, retrouvez le récit graphique inédit de Mathieu Minet dit « la Mine ». Une (...)

Lire la suite