article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Et l’homme dans tout ça ?

Sans queue
ni tête

Alors que la plupart des animaux ont une queue, les humains n’en ont pas. Où est-elle donc passée ?


cc Scott Calleja

Le plus souvent, les animaux se servent de leur queue pour s’aider à se mouvoir. Ainsi, les écureuils se maintiennent en équilibre en passant de branche en branche. Les kangourous s’en servent pour se propulser vers le haut. Les poissons se dirigent dans l’eau grâce à elle. Les singes s’accrochent aux branches. Et puis, d’autres animaux en font un usage bien différent : les vaches l’utilisent comme chasse-mouches ou les castors comme alarme en cas de danger.

Par contre, les humains, eux, n’ont pas de queue. Mais si l’on examine leur structure osseuse, on remarque une particularité : à l’extrémité inférieure de la colonne vertébrale, quelques vertèbres - atrophiées - sont soudées les unes aux autres. C’est un vestige de queue ! Et ce vestige s’appelle le coccyx. [1]

La queue se serait donc réduite au cours de l’évolution d’un groupe animal. C’est le cas pour les humains mais aussi pour les grands singes (gorilles, chimpanzés, bonobos, orangs-outangs, gibbons). Et si les hommes et les grands singes sont sans queue, cela signifie que la perte de l’appendice s’est effectuée avant la phase de différenciation du genre humain et des primates.

Une explication possible est liée à leur poids : hommes et grands singes sont trop lourds pour s’accrocher aux branches à l’aide d’une queue. Cette tendance évolutive a probablement été renforcée par la bipédie des pré-humains.

Sans le coccyx, pas de marche
Mais alors, le coccyx n’aurait-il aucune utilité ? Loin de là ! Il est même très important, car il sert de point d’ancrage pour des muscles, notamment les grands muscles fessiers2 qui se sont solidement développés dans le processus de déplacement sur les deux membres postérieurs. Ces muscles assurent la stabilité lors de la marche. Ils sont les plus puissants du corps humain ! Sans le coccyx, ils ne pourraient pas (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

[1Coccyx : du grec « coccyx », coucou, par analogie entre la forme de l’os et le bec de cet oiseau.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


A la mer,
à la vie !

Menacés par la surpêche, les perturbations climatiques, l’acidification, le plastique, le (...)

Lire la suite

Les premiers concernés

Imaginons qu’une région songe à devenir indépendante et désire convoquer un référendum. (...)

Lire la suite

Le populisme
n’est plus ce qu’il était

C’est un couple belgo-argentin qui a façonné l’une des théories politiques les plus (...)

Lire la suite

L’Europe prise au piège
du basculement
du monde

Prise au piège du basculement du monde, l’Union européenne ne peut plus compter sur (...)

Lire la suite

Du tourisme de masse
au profit de qui ?

Avec 1,3 milliard de touristes en 2017, le secteur du voyage dominé par les grands tours (...)

Lire la suite

Les syndicats
font plier le Qatar

Au Népal, un actif sur deux travaille à l’étranger. Les organisations syndicales de ce (...)

Lire la suite

La science
« post-normale »

Certains problèmes sont si complexes (ou gigantesques) que même les sciences ne sont pas (...)

Lire la suite