article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Avec ou sans steak

Corps carné

Manger trop de viande, qui plus si elle est transformée, peut avoir un impact sur la santé. Mieux vaut en manger moins, et opter pour la qualité.


cc Samuel Barnes

« Mange ta viande, mon petit ! » Phrase ô combien entendue des décennies durant… Car s’il y avait bien quelque chose à terminer dans son assiette, c’était son morceau de steak. « Derrière cette phrase, il y a un besoin biochimique bien réel, rappelle toutefois Nathalie Delzenne, professeur en métabolisme et nutrition à l’UCL, présidente de la Belgian nutrition society et vice-présidente du groupe alimentation et santé du Conseil supérieur de la santé. Nous avons effectivement besoin de protéines, en proportion de notre poids corporel, ainsi que d’acides aminés essentiels, que nous ne pouvons trouver que dans l’alimentation. Or la viande contient des acides aminés en bonne proportion, prêts à s’intégrer dans nos propres protéines. »

Mais, depuis longtemps déjà, les scientifiques s’interrogent sur les risques éventuels liés à notre consommation de viande. Et la classification en 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (une agence de l’OMS) de la viande rouge comme « probablement cancérogène pour l’homme » et de la viande transformée, la charcuterie, comme « cancérogène pour l’homme » a tout particulièrement sonné l’alerte. Selon ce rapport, une consommation de 50 gr de viande transformée (le poids d’une tranche de jambon) par jour accentue le risque de cancer colorectal de 18 %. L’augmentation du risque de cancers de l’estomac, du foie, du poumon, de la vessie, du pancréas et de l’oesophage serait également liée à la consommation de viande rouge et transformée, selon la liste collectée à travers diverses études par l’ONG Greenpeace, dans son rapport « Moins, mais mieux ».

« Le lien entre la viande et le cancer a différentes causes, explique la nutritionniste. La viande, et en particulier les charcuteries, peut être riche en (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Des neurosciences
à l’école ?

Les neurosciences éducatives sont de plus en plus médiatisées. Plébiscitées par certains, (...)

Lire la suite

Jérôme Lèbre :
« On ne se pose plus
la question du sens
de notre agitation »

Dans un monde soumis à des accélérations constantes, le philosophe français Jérôme Lèbre veut (...)

Lire la suite

Jean-Bernard Pouy,
« Ma zone à défendre,
c’est le monde »

Jean-Bernard Pouy, le pape du roman noir français, situe l’action de son dernier livre (...)

Lire la suite

Egalité femmes-hommes, repolitiser le débat ?

Pour mesurer l’évolution de la condition des femmes, on peut prendre en compte des (...)

Lire la suite