article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Du Nord au Sud. Et à l’envers

350.org :
haro sur les énergies fossiles

Depuis dix ans, le mouvement populaire et planétaire 350.org se mobilise pour promouvoir le désinvestissement dans les énergies fossiles. Après un travail de première ligne (écoles, municipalités…), l’ONG américaine s’attaque aux organisations bancaires et financières. Avec un certain succès.


cc Smoobs

« Près de neuf cents institutions à travers le monde se sont ralliées à notre cause, se félicite Clémence Dubois, chargée de campagne « désinvestissement » pour le mouvement 350.org, ce qui représente 6 160 milliards de dollars qui n’iront plus alimenter les caisses des compagnies liées à l’exploitation des énergies fossiles. »

Fondée en 2007 aux Etats-Unis par le journaliste, auteur et militant écologiste Bill McKibben avec le soutien notamment de l’activiste canadienne Naomi Klein, 350.org se mobilise dans 188 pays pour lutter contre les changements climatiques selon trois axes forts : laisser le carbone sous terre, contribuer à la création d’une économie « équitable et bas carbone » et faire pression sur les gouvernements pour limiter les émissions de CO2.

Ce mouvement mondial tire son nom de « 350 parties par million », expression qui indique le volume maximum de CO2 qui peut être contenu dans l’atmosphère si l’on veut limiter le réchauffement à 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle.

Il y a six ans, le mouvement franchissait un nouveau cap avec le lancement de la campagne Zéro fossile qui pousse les institutions financières à se débarrasser de leurs fonds placés dans les industries basées sur l’exploitation des énergies fossiles : charbon, pétrole et gaz naturel. « Si l’on veut respecter les accords de Paris, on sait qu’il faudra laisser 80 % des réserves connues d’hydrocarbures dans le sol, rappelle la jeune activiste. Les industries basées sur les énergies fossiles n’ont théoriquement aucun avenir, pourtant on voit se multiplier de nouveaux projets de forage ou de constructions d’infrastructures. »

Lobbying citoyen
En se mobilisant lors de grands rendez-vous internationaux (COP, journées mondiales…) et au travers de campagnes en ligne, Zéro fossile favorise la création de groupes de militants ralliés à leur cause.

« Nous ciblons les institutions et donc des gens qui se révèlent plus (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Hommes et animaux :
L’introuvable différence

Après s’être acharnés à chercher « le propre de l’homme », les scientifiques (...)

Lire la suite

Faire campagne
(à l’heure d’Internet)

Les jeunes électeurs qui participeront pour la première fois à un scrutin sont nés après (...)

Lire la suite

Jonathan Durand Folco
« A nous la ville »

Docteur en philosophie de l’université Laval et professeur à l’Ecole (...)

Lire la suite

A quand la prochaine crise financière ?

Suite à la crise financière mondiale de 2008, le G20 s’était engagé à réformer (...)

Lire la suite

Du cacao
à un prix juste

Les producteurs africains de cacao, qui fournissent les deux tiers de la savoureuse cabosse (...)

Lire la suite

Mathieu Roy, réalisateur :
« On va connaitre d’autres épisodes de disettes et d’émeutes »

En octobre prochain, le Festival Alimenterre battra son plein à Bruxelles et en Wallonie. A (...)

Lire la suite

Carbone ou silicium :
la nature a fait
son choix

Alors même que le silicium est prédominant sur notre planète, c’est le carbone qui est à (...)

Lire la suite

Les murs n’arrêtent pas
que les humains

Nous érigeons beaucoup de murs. Mais nous ne sommes pas les seuls à habiter la Terre… (...)

Lire la suite