article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Du Nord au Sud. Et à l’envers

Du cacao
à un prix juste

Les producteurs africains de cacao, qui fournissent les deux tiers de la savoureuse cabosse dans le monde, vivent en grande majorité dans la pauvreté. Le commerce équitable leur apporte un soutien précieux (formations, achats d’intrants, prix garanti…), mais cela reste insuffisant pour les sortir réellement de la précarité.


Eric St-Pierre

En quatre ans, le cacao labellisé Fairtrade a fait une remarquable percée : + 27 % de consommation. « En Belgique, la progression est encore plus forte, se félicite Charles Snoeck, responsable plaidoyer chez Fairtrade Belgium (anciennement Max Havelaar). En 2017, 2 744 tonnes de produits à base de cacao labellisé ont été écoulées, ce qui représente un bond de 45 % en un an. »
Mais derrière ce chiffre encourageant se cache un paradoxe : alors que le commerce équitable vise à améliorer les conditions de vie des producteurs, les planteurs labellisés restent maintenus dans la pauvreté malgré le succès de leurs produits.

Une récente étude de Fairtrade international réalisée en Côte d’Ivoire montre ainsi que les familles de producteurs ivoiriens gagnent en moyenne 2 707 dollars par an (2 300 euros), alors qu’il leur faudrait 7 318 dollars (6 600 euros), soit presque trois fois plus, pour vivre dignement.
« Accéder à un salaire décent est un droit de l’homme fondamental, rappelle Charles Snoeck. Or la majorité des exploitants labellisés (58 %) vivent encore dans la pauvreté extrême avec moins de 0,78 dollar par jour. Un cinquième d’entre eux sont en dessous du seuil de pauvreté (1,27 dollar par jour). Et seulement 23 % des producteurs sortent réellement de la pauvreté. »

Par ailleurs, ceux-ci sont dépendants du marché international qui est en baisse ces derniers temps : il y a deux ans encore, la tonne de cacao se vendait 3 000 dollars, contre 2 500 aujourd’hui. « Pour les producteurs, cela représente une chute d’un sixième de leurs revenus, poursuit l’expert. Comme organisation du commerce équitable, nous pourrions relever nos prix, mais si nous nous décalons trop par rapport à la filière conventionnelle, nous risquons de sortir du marché. »

Faute de pouvoir sortir complètement les paysans de la pauvreté, le réseau Fairtrade leur rend malgré tout de nombreux services, comme le souligne Fortin Bley, propriétaire d’une culture de treize hectares de cacao dans le sud de la Côte d’Ivoire. « Les paysans fournissent de gros efforts pour obtenir le label, explique cet ancien libraire reconverti dans l’agriculture qui préside le réseau Fairtrade d’Afrique de l’Ouest, lequel coalise les coopératives labellisées. Ils se réunissent en coopérative, se mettent régulièrement aux (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Hommes et animaux :
L’introuvable différence

Après s’être acharnés à chercher « le propre de l’homme », les scientifiques (...)

Lire la suite

Faire campagne
(à l’heure d’Internet)

Les jeunes électeurs qui participeront pour la première fois à un scrutin sont nés après (...)

Lire la suite

Jonathan Durand Folco
« A nous la ville »

Docteur en philosophie de l’université Laval et professeur à l’Ecole (...)

Lire la suite

A quand la prochaine crise financière ?

Suite à la crise financière mondiale de 2008, le G20 s’était engagé à réformer (...)

Lire la suite

350.org :
haro sur les énergies fossiles

Depuis dix ans, le mouvement populaire et planétaire 350.org se mobilise pour promouvoir le (...)

Lire la suite

Mathieu Roy, réalisateur :
« On va connaitre d’autres épisodes de disettes et d’émeutes »

En octobre prochain, le Festival Alimenterre battra son plein à Bruxelles et en Wallonie. A (...)

Lire la suite

Carbone ou silicium :
la nature a fait
son choix

Alors même que le silicium est prédominant sur notre planète, c’est le carbone qui est à (...)

Lire la suite

Les murs n’arrêtent pas
que les humains

Nous érigeons beaucoup de murs. Mais nous ne sommes pas les seuls à habiter la Terre… (...)

Lire la suite