article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Se retrouver


Philocité

Fenêtre ouverte
sur le corps

On est assez peu conscient de son corps, surtout quand il va bien. Mais n’est-ce pas dommage ? Que perd-on au juste à ne pas avoir cette vigilance ? Quel angle mort sur nous-mêmes et sur l’existence ?

On oublie trop souvent la matérialité de notre corps. Deux raisons, de nature très différente, permettent d’expliquer cette inconscience.

La première est le fonctionnement habituel de la conscience : nous ne sommes pas conscients de la digestion lorsqu’on digère bien, ni d’aucun de nos organes lorsqu’ils remplissent correctement leurs fonctions et se laissent de la sorte oublier. On peut ainsi postuler qu’avec les progrès de la médecine, de la dentisterie, etc., on devient de moins en moins conscient de son corps. Ce qui signifie également que la conscience du corps s’accroît avec l’âge et ses pathologies. De petites lumières s’allument partout, comme des voyants rouges sur un tableau de bord, signalant quelques pépins à traiter urgemment.

Il semble en tout cas que nous ne soyons jamais si bien conscients que de ce qui ne marche pas... Pour avoir quelque chance d’être heureux, il faudra donc s’atteler sérieusement à la tâche de percevoir aussi ce qui va bien ! Une deuxième raison, historique cette fois, peut expliquer l’oubli du corps en Occident. Nous sommes issus d’une tradition religieuse (chrétienne) et intellectuelle (platonicienne), qui a opposé l’âme au corps, comme on oppose le bien au mal, l’essentiel à l’accessoire, ce dont on doit se soucier prioritairement à ce qu’il faut parvenir à reléguer et oublier.

Selon cette tradition dominante (au point d’éradiquer les doctrines opposées, comme celle d’Épicure et des penseurs matérialistes), devenir meilleur requiert une vigilance qui doit être prise, arrachée même, à la satisfaction immédiate de ses besoins et désirs.

On pourrait certes penser que nous en sommes largement sortis, tant le souci du régime alimentaire et de l’apparence physique est aujourd’hui présent. Manger bio, supprimer le gluten, le sucre ou les produits laitiers, faire un jogging quotidien (c’est bon pour le cardio), ou de la muscu en salle pour sculpter son corps, aller au sauna ou au (...)

=> Lire l’intégralité de cette chronique dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


« Tremblez, les sorcières sont de retour »

Les chapeaux pointus reviennent en force. Pour la dépénalisation totale de l’avortement (...)

Lire la suite

Humains et animaux,
le temps du dialogue

Des individus appartenant à des espèces distinctes peuvent-ils converser entre eux ? Et si oui, (...)

Lire la suite