article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Agir


Un homme, une cause

Rajagopal P.V.,
8 000 kilomètres à pied pour la justice

Rajagopal P.V. est un leader non-violent indien. Ses marches de protestation ont déjà mobilisé des milliers de paysans sans terre. Il prépare pour octobre prochain une marche mondiale pour la justice et la paix qui partira de Delhi pour rejoindre Genève à l’automne 2020.

Son sourire enjôleur et ses discours rassembleurs ont fait de lui un porte-parole charismatique des plus démunis, utilisant la non-violence comme Gandhi avant lui pour défendre les exclus de la société indienne, l’une des plus pauvres et injustes au monde. A 68 ans, celui qui se fait simplement appeler Rajagopal refuse encore de préciser son nom pour ne pas être identifié à une caste, ce qui restreindrait son champ d’action. « Les castes sont le point noir de notre société, dénonce l’activiste indien. Nous sommes la plus grande démocratie du monde, avec un droit de vote universel, alors que les discriminations de castes, toujours bien ancrées dans les esprits, perpétuent des injustices ancestrales. »


Jacques Vellut

Ingénieur agronome né en 1948 au Kerala, un Etat du Sud, l’année où Gandhi, son mentor, fut assassiné, il débute son combat en s’engageant comme modérateur à la Haute Cour de Delhi auprès de laquelle il défend ce qu’il appelle les « travailleurs esclaves  », des paysans sans terre contraints de louer leurs bras dans les plantations pour survivre.

En 1991, il crée le mouvement populaire Ekta Parishad qui lutte pour l’accès à la terre et aux ressources naturelles des Adivasis, les peuples indigènes des forêts, et des Dalits, les intouchables hors caste.

« Les Britanniques ont développé l’Inde à l’image de la Grande- Bretagne, ce qui en a fait une société non durable centrée sur l’exploitation accélérée des ressources au profit d’une petite élite, déplore cet altermondialiste de la première heure. L’Inde, qui est une nation de tradition agricole, est devenue malgré elle un pays industriel, alors que 70 % de la population est paysanne, très souvent privée de terre. »

Rajagopal a une conviction forte : même s’ils sont marginalisés, les paysans pauvres détiennent les clefs de leur propre destin, le tout est de les aider à identifier leurs besoins et de les pousser à (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


« A Dunkerque,
où tout est gratuit »

CDU Dunkerque est la seule métropole au monde à offrir, depuis septembre 2018, la gratuité (...)

Lire la suite

Saignant, rosé, à point.

Ce que nous mangeons est au carrefour de l’intime, du biologique et du social. Quoi de (...)

Lire la suite

Congo :
une alternance arrangée

L’alternance n’a pas eu lieu au sommet de l’Etat congolais. Félix Tshisekedi (...)

Lire la suite

Nicolas Van Nuffel, coalition climat : Etat d’urgence climatique

2019 sera-t-elle l’année de l’état d’urgence climatique en Belgique ? Nicolas (...)

Lire la suite

Francesco Melloni et elena Diara,
cyclo-vidéastes :
un goût de liberté

Un couple de vidéastes italiens explore cette question simple et fondamentale : pourquoi les (...)

Lire la suite