article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Du Nord au Sud. Et à l’envers

Esclaves modernes

Chaque année, la justice belge place sous protection une centaine de personnes fuyant une servitude proche de l’esclavage. Grâce à une législation exemplaire, forces de police et associations luttent sans relâche contre la traite des êtres humains. Mais des milliers de victimes demeurent encore invisibles.

Ils étaient plongeurs en cuisine ou maçons sur chantier, sous la coupe d’un exploitant ou d’une organisation. Un jour, ils ont renoncé à leur servitude pour se placer sous la protection de la justice. En 2017, selon les derniers chiffres disponibles en Belgique, ils étaient 121 à avoir franchi le pas. « Notre législation dispose d’une des procédures les plus actives au monde pour lutter contre la traite des êtres humains, se félicite Sarah De Hovre, la directrice de PAG-ASA, une structure bruxelloise qui accueille et accompagne d’anciennes victimes de la traite. Les victimes connues de la justice reçoivent un accompagnement social et psychologique, ainsi que des documents de séjour temporaire, renouvelables jusqu’à ce que la justice statue sur leur sort. »
Pour bénéficier de cette protection, les affranchis doivent avoir rompu tout contact avec leurs bourreaux et collaborer pleinement avec la police.
Plus tard, si un juge leur reconnaît le statut de victime de la traite, ces personnes pourront prétendre à un titre de séjour permanent.
« A l’origine de cette procédure, il y a l’enquête réalisée par le journaliste flamand Chris De Stoop et son livre Elles sont si gentilles, Monsieur, consacré aux conditions de vie des prostituées venues d’Asie, rappelle la responsable. A sa sortie en 1993, l’émotion fut si vive qu’une commission d’enquête s’était penchée sur la question et avait imaginé la législation ambitieuse que l’on connaît maintenant. »
Un cadre juridique indispensable, car le phénomène reste préoccupant : l’an dernier, (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

Photo : D.R.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Climat :
se mettre à l’œuvre,
maintenant

Après les manifestations massives de ces derniers mois, notamment celles portées par les jeunes (...)

Lire la suite

Encore des élections !

Décembre 2018. Le gouvernement fédéral vacille puis chute. « Quoi ? Encore des élections ?! » (...)

Lire la suite

La République dominicaine,
une île en transition

En République dominicaine, des associations paysannes aident les femmes à amorcer leur (...)

Lire la suite

La baisse de la part
des salaires

La mondialisation néolibérale s’est accompagnée de la déformation du partage des revenus (...)

Lire la suite

La banane, le fruit de la mondialisation

Savoureuse, très nutritive et bon marché, la banane est le fruit le plus consommé au monde. (...)

Lire la suite

La peau de l’ours blanc

cc Valerie A qui aime les paradoxes, notre opaque époque offre quotidiennement son lot (...)

Lire la suite

Les plantes aussi
sont intelligentes

L’intelligence est-elle propre aux animaux ? Pas si sûr… Tournons-nous aussi du (...)

Lire la suite