article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3

Apprendre


Du Nord au Sud. Et à l’envers

La République dominicaine,
une île en transition

En République dominicaine, des associations paysannes aident les femmes à amorcer leur transition écologique. Cette île des Caraïbes, qui vit sous la menace des changements climatiques, est parvenue jusqu’ici à préserver son environnement, malgré la pression des mines d’or et des grandes exploitations de cannes à sucre.


Santiago Fischer

Il faut plus d’une heure de route pour rejoindre la localité de Don Juan (7 000 habitants), dans la commune de Monte Plata, depuis Santo Domingo, la capitale dominicaine. Au bout d’une piste de terre cabossée, Beata Vidal vit avec sa famille dans son conuco, le lopin traditionnel des paysans de ce pays des Caraïbes. Cette paysanne cultive des yuccas qui servent à agrémenter des plats traditionnels préparés à la maison, des bananes, quelques citrons et oranges sur une superficie de quelques ares. Les arbres se dressent fièrement, exposant leurs fruits gorgés de jus, sous la chaleur moite des tropiques. Beata entretient également un petit élevage de cochons, deux vaches et des poules qui gambadent joyeusement en toute liberté dans l’exploitation.

Avec son lait, Beata Vidal confectionne avec succès des fromages qu’elle vend sur les marchés locaux. Aujourd’hui, elle a fait appel à ses voisins et ses cousins pour faire face à une grosse commande, vingt fromages à livrer dans l’après-midi. Beata n’est pas la seule à voir sa ferme prospérer ainsi. Dans son village, quarante-quatre autres paysannes bénéficient de l’encadrement d’une coopérative locale qui les aide à tirer le meilleur parti de leur conuco. « Nous proposons une large gamme de formations gratuites aux métiers de l’agriculture et de l’alimentation, ainsi qu’à la gestion de leurs affaires, qui aident les femmes à être actrices de leur destin, explique Juana Merced, présidente de la Conamuca (Confederacion Nacional de Mujeres de Campo) qui soutient 8 000 paysannes au travers de tout le pays. Nous disposons à cet effet d’un centre de formation situé dans les faubourgs de la capitale. »

Signe des temps, et de l’impérative adaptation aux désordres climatiques, le dispositif pédagogique de la Conamuca est centré sur l’agroécologie afin de (...)

=> Lire l’intégralité de cet article dans notre magazine.

article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3
article-numero-niveau-3


Climat :
se mettre à l’œuvre,
maintenant

Après les manifestations massives de ces derniers mois, notamment celles portées par les jeunes (...)

Lire la suite

Encore des élections !

Décembre 2018. Le gouvernement fédéral vacille puis chute. « Quoi ? Encore des élections ?! » (...)

Lire la suite

Esclaves modernes

Chaque année, la justice belge place sous protection une centaine de personnes fuyant une (...)

Lire la suite

La baisse de la part
des salaires

La mondialisation néolibérale s’est accompagnée de la déformation du partage des revenus (...)

Lire la suite

La banane, le fruit de la mondialisation

Savoureuse, très nutritive et bon marché, la banane est le fruit le plus consommé au monde. (...)

Lire la suite

La peau de l’ours blanc

cc Valerie A qui aime les paradoxes, notre opaque époque offre quotidiennement son lot (...)

Lire la suite

Les plantes aussi
sont intelligentes

L’intelligence est-elle propre aux animaux ? Pas si sûr… Tournons-nous aussi du (...)

Lire la suite