article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Asile, migrations et coopération

La logique de la calculette - dossier

Le principe du jeu de la chaise musicale est simple. Au début, il y a des chaises pour tous les joueurs. Mais au fur et à mesure que la partie avance, les chaises sont enlevées les unes après les autres. Et, à chaque fois que la musique s’arrête, l’un des participants, n’ayant pu s’asseoir, est éliminé du jeu. Pendant des années, on a trouvé des prétextes pour justifier le retrait des chaises du jeu migratoire. Il fallait, disait-on, veiller d’abord à une meilleure intégration des premières générations d’immigrants. On allait aussi, ajoutait-on, compenser l’arrêt de l’immigration par une augmentation de l’aide au développement. Et puis, jurait-on la main sur le cœur, l’arrêt de l’immigration ne remettait pas en question le droit d’asile... Des événements multiples ont peu à peu fait tomber tous ces arguments. Aujourd’hui, il ne reste que quelques chaises bringuebalantes. Aucune d’entre elles ne pourrait supporter le poids énorme des déséquilibres mondiaux qui contraignent des millions de personnes à l’exil. Que peut-on reconstruire à partir de ces débris ? Comment envisager la complexité des phénomènes migratoires ?

Autre(s) article(s) sur le même thème :

article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2