article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2

Pierre Rabhi

La sobriété heureuse

Repenser l’agriculture a conduit Pierre Rabhi à réfléchir sur la condition humaine et ses finalités. Pour ce paysan autodidacte, pas de doute, le bonheur est dans la sobriété et le respect de la terre nourricière. Il n’est pas trop tard !

Précurseur de l’agriculture biologique et partisan d’une décroissance soutenable, Pierre Rabhi est un touche-à-tout. Sa vie balance entre sa ferme en Ardèche et le Mali, où il conduit plusieurs expériences de lutte contre la désertification.

Vous êtes un précurseur de la défense de l’environnement et d’une agriculture soutenable. Aujourd’hui, ces thèmes sont largement repris par d’autres. Vous félicitez-vous de ce mouvement ?
Je regrette que cette prise de conscience vienne si tard. Nous devons maintenant rattraper tous les dégâts. Je suis entré dans l’écologie par la voie de l’agriculture après avoir constaté que l’on utilisait des substances chimiques, des pesticides d’une toxicité foudroyante qui faisaient violence à la terre nourricière. Mais les vrais précurseurs de l’écologie se situent bien avant moi. Je pense notamment au scientifique newyorkais Fairfield Osborn, qui a écrit La Planète au pillage entre les deux guerres mondiales. Osborn avait déjà étudié l’impact de l’être humain sur la planète. Et il a constaté, avec ses collègues scientifiques, des destructions tellement importantes qu’il n’y voyait plus un phénomène concernant simplement l’homme, mais toutes les espèces animales. Son ouvrage avait été salué par Aldous Huxley qui craignait que les dégâts constatés soient encore amplifiés par l’apport des technologies. Ce que je dis n’est donc pas nouveau. Et je ne suis plus seul. Les scientifiques sont aujourd’hui unanimes à dire qu’il y a des modifications climatiques graves. Aucune étude sérieuse ne peut nier que les modifications sont en route, que la calotte glaciaire fond, que la totalité de la biosphère est menacée dans son intégrité, et cela à cause de l’activité humaine.

Comment imaginez-vous le monde dans dix ans ?

(...)

Lire cet article (3 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire. Vous pouvez aussi le commander par courriel (nous vous l’enverrons par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).
article-numero-niveau-2
article-numero-niveau-2